Archives de la catégorie petits mots

Petals on a wet, black bough

Le film « To Rome with Love » (ajouté, récemment, tout en bas de ma liste « Déjà vus« ) renvoi à l’art et se traduit en un poème imagiste dans certains passages très esthétiques. Une pure comédie plongé dans l’atmosphère culturelle de Rome. Mais, je suis là parce que dans un certain moment, un personnage que se fait passer pour quelqu’un de très culte, cite Ezra Pound:

Petals on a wet, black bough

Un cours de métaphore ! Stricto sensu ! J’ai passé le dernier semestre à entendre ce vers dans le cours de Littérature, où nous avons plongé sur la poésie, le poème et la résistance, la métaphore, le symbole et l’allégorie.  Alors, racontez-moi, vous voyez la métaphore présente dans ce vers ? Vous la décryptez ? Qui peuvent être les pétales sur un rameau humide et noirci ? Ce n’est pas évident et, pourtant, c’est une image très belle en elle-même, sans explication, sans compréhension. Je ne l’ai appréhendé qu’en lisant le haïku tout entier, titre compris, et je ne peux pas me décider laquelle j’aime le mieux, l’image ou son déchiffrement :

In a Station of the Metro

The apparition of these faces in the crowd;
Petals on a wet, black bough.

— Ezra Pound

 
*Article sur ce poème sur wikipedia ici.

, , , , ,

Poster un commentaire

Le seul véritable voyage

Je ne voulais pas oublier ces mots, alors, je les éternise dans mon petit coin sur le web

Le seul véritable voyage, le seul bain de Jouvence, ce ne serait pas d’aller vers de nouveaux paysages, mais d’avoir d’autres yeux, de voir l’univers avec les yeux d’un autre, de cent autres, de voir les cent univers que chacun d’eux voit, que chacun d’eux est. (Marcel Proust)

3 Commentaires

Comment apprendre le français

,

10 Commentaires

Aux chiottes

« L’hygiène sanitaire ne vas pas sans une hygiène mentale ».
(Stupeur et tremblements, Amélie Nothomb – 1999)

Il va falloir que j’y revienne après, quand je l’aurai finit de lire.

,

5 Commentaires

Il était écrit que

pessoa1

Je ne suis rien.
Je ne serais jamais rien.
Je ne peux pas vouloir être rien.
A part cela, j’ai sur moi tous les rêves du monde.

Il était écrit au sol du Musée de la Langue Portugaise, à São Paulo.

, ,

Poster un commentaire

La sagesse d’un fou

DacPierre Dac

Les voies qui ne sont ni en sens unique, ni en sens interdit, ni a double sens n’ont aucun sens parce qu’elles vont dans tous les sens.

Quand ça ne tourne pas rond dans le carré de l’hypothénuse, c’est signe qu’il est grand temps de prendre les virages en ligne droite.

Poster un commentaire