Archives de janvier 2008

De l’humanité

L’exclusion sociale n’est que le signe major de l’inegalité qu’on vit et vois dans chaque coin de ce monde. Elle se cache où l’humanité? C’est finit la fête, disait quelqu’un dans un bar. C’est finit la fête pour nous qui pensons pouvoir tout détruire. C’est finit la fête pour nous qui dépensons de l’argent sans cesse, qui tuons des gens sans même le savoir, qui vivons notre indivualisme, sans le courage de lever la tête et voir au delà de notre nombril.

Bon, voilà quelques extraits d’un article qui raconte um peu de ce monde: Rafaël, l’inconnu de la Concorde, paru dans Le Monde, le 13 janvier. C’est simple et assez humain:

Pourquoi, en voyant un homme dormir sur les bouches de métro, se demande-t-on souvent comment il fut quand il était enfant ?

Tous les jours, face à lui, la place de la Concorde, et au fond, sur le ciel, cette grande roue qui tourne sans s’arrêter, comme le cirque des voitures autour de l’obélisque : « Il avait la plus belle vue de Paris « .

Mourir seul, sans papiers, à quelques mètres de l’Assemblée nationale, au bord de la place où Nicolas Sarkozy a fêté sa victoire : en deux brèves et trois blogs, « un homme » devient malgré lui « l’inconnu de la Concorde »

« Je le verrai toujours, raconte le jardinier comme l’Aurélien d’Aragon qui parlerait de sa noyée de la Seine, autre inconnue dont les traits si beaux avaient été moulés à la morgue. Il avait les lèvres rouges. Ce n’était pas le visage de quelqu’un de terrifié ou de foudroyé. » Pourquoi »un homme » s’estil laissé mourir, ce soir-là ?

, ,

1 commentaire